Tous les logiciels clients bitcoin - Bitcoin.fr

Voici LA chronique à découvrir, intitulée: La guerre contre Bitcoin. Idéal pour comprendre certains tenants et aboutissants

Voici LA chronique à découvrir, intitulée: La guerre contre Bitcoin. Idéal pour comprendre certains tenants et aboutissants… Bonne découverte.
La guerre contre Bitcoin
Bitcoin est peut-être le meilleur outil de liberté économique de cette génération, et peut-être depuis plusieurs générations. Malheureusement, Bitcoin a été furieusement étouffé par une guerre civile brutale depuis environ cinq ans maintenant; menée par des ingénieurs sociaux professionnels de certaines des entreprises les plus puissantes de l'espace des médias sociaux. Leur talent dans l'art et la science de la manipulation a permis aux "Bitcoiners" de se battre largement entre eux plutôt que de chercher à créer des modèles commerciaux innovants basés sur les données qui pourraient révolutionner l'économie mondiale via Bitcoin.
À la suite de la guerre civile de Bitcoin, trois versions concurrentes de Bitcoin ont vu le jour (BTC, BCH et Bitcoin SV ), mais il en est de même pour environ 3000 autres projets et jetons de « crypto-monnaie » se faisant passer pour des entreprises légitimes - jusqu'à un "exit scam" presque garantie, le fait de disparaitre du jour au lendemain avec tout l'argent des utilisateurs. Le principal bienfaiteur de la guerre civile Bitcoin a été Ethereum: une machine à états mondiale qui permet un déploiement facile de tokens et de contrats intelligents, mais le protocole Ethereum ne peut pas évoluer, et parmis les milliers de projets lancés, seule une poignée pourrait même être présentée comme avoir les ingrédients nécessaires pour devenir des entreprises légitimes. La plupart des autres sont des stratagèmes de Ponzi ou des émissions d'actions illégales - enrichissant les développeurs et escroquant les investisseurs amateurs.
C'est dans ce contexte que les défenseurs de BTC et de BCH, les porte-parole d'Ethereum et les altcoiners de tous bords s'alignent pour attaquer sans cesse le protocole Bitcoin préservé uniquement par le réseau BSV. Une industrie composée presque entièrement de criminels, de fraudes et d'arnaqueurs s'est unie contre BSV citant (et c'est là l'ironie) une prétendue fraude et arnaque présumée qui est l'existence même de BSV.
Nous devons nous demander pourquoi ?
Quel est le différenciateur clé de BSV?
Pourquoi tous les arnaqueurs se sont-ils unis contre lui?
Je suis fermement convaincu que pour la plupart, la motivation est la peur de la capacité de BSV à absorber l'économie mondiale et tous les autres projets «crypto» qui vont avec. Pour les autres, ou ceux qui ne comprennent pas le pouvoir du Bitcoin, ils sont entraînés dans une guerre culturelle qu'ils ne comprennent pas. Il est essentiel de comprendre les pouvoirs en jeu et leurs implications pour Bitcoin et l'économie mondiale.
Une histoire brève
Bitcoin a été lancé avec un "livre blanc" sur la liste de diffusion de cryptographie en 2008. Le pseudonyme « Satoshi Nakamoto » a déclaré une solution au problème de la double dépense. Or le problème de la double dépense de tous les précédents systèmes de paiement électronique était le seul facteur limitant l'adoption d'une monnaie électronique fonctionnelle. Il était impossible de prouver exactement qui possédait quelles unités d'argent sur leurs registres distribués, de sorte que les systèmes ne pouvaient pas faire confiance, et ces projets mourraient assez vite. Bitcoin a résolu ce problème avec un concept appelé « preuve de travail». Il poste la question: qui a brûlé le plus de puissance de calcul pour résoudre des énigmes arbitraires afin de rendre compte de l'état du registre d'une manière qui coûte de l'argent, de sorte qu'il y ait une incitation économique à tenir un compte honnête des avoirs de chacun. Ce processus est souvent appelé « exploitation minière » car les nœuds honnêtes qui maintiennent l'état du registre sont récompensés pour leur travail avec des Bitcoins toutes les dix minutes - un peu à la même manière d'un mineur d'or qui est récompensé par de l'or en échange de son travail.
Étant donné que Bitcoin n'avait aucune valeur lors de son lancement, il était extrêmement facile à miner et également gratuit d'envoyer des tonnes de transactions. En théorie, il s'agissait d'un vecteur d'attaque par déni de service (DoS). Une attaque DoS ou DDoS se produit lorsque les nœuds sont inondés de plus de données qu'ils ne peuvent en gérer et qu'ils plantent. Sur un jeune réseau Bitcoin, un crash comme celui-ci aurait été considéré comme un échec du réseau, donc un plafond de 1 Mo de données pour chaque dix minutes de temps de transaction a été codé en dur dans le logiciel - semant la première graine de la guerre civile Bitcoin . De 2009 à 2017, cette limite de 1 Mo sur le total des transactions était l'aspect technique le plus controversé du bitcoin.
Pourquoi est-ce important?
Une seule et simple transaction Bitcoin est relativement petite du point de vue des données, donc 1 Mo toutes les dix minutes donne environ trois à sept transactions par seconde avant que le réseau ne devienne trop encombré. Satoshi Nakamoto a plaidé pour un nombre de transactions au niveau de Visa, ainsi que son successeur direct en tant que développeur principal du projet, Gavin Andresen! Certains des premiers Bitcoiners influents comme Mike Hearn et Jeff Garzik ont ​​également plaidé pour plus de données par bloc pour permettre à Bitcoin de se développer pour rester un simple système de paiement électronique. Ils étaient pour des «gros blocs» contrairement au camp des «petits blocs» qui préconisaient une permanence de la limitation de 1 Mo de Bitcoin.
Le camp des "petits blocs" estiment que Bitcoin n'est pas un réseau de paiement, mais plutôt qu'il s'apparente davantage à une banque décentralisée conçue pour stocker des Bitcoins qui ne bougent jamais: une sorte de coffre-fort d'or numérique. Ils voulaient que la limite de taille des blocs de 1 Mo reste permanente sous les auspices de chaque personne exécutant un «nœud bitcoin complet» sans avoir à payer trop d'espace sur le disque dur. Cela signifierait qu'en période de congestion, les frais de transaction deviendraient absurdement élevés, mais cela n'aurait pas d'importance car le bitcoin ne devrait pas être négocié sauf en grosses quantitées de toute façon. L'autre problème est que s'il est bon marché de rejoindre la gouvernance de Bitcoin, alors le réseau est facile à attaquer par sybil, et je dirais que BTC est régi par des sybilles à ce jour.
Le camp des "gros-blocs" estime que tout le monde sur terre devrait être en mesure d'échanger et de faire ses affaires sur Bitcoin.
Les "petits-blocs" pensent que tout le monde devrait être en mesure de gérer soi-même le registre mondial chez soi, mais que seules certaines personnes très riches devraient pouvoir effectuer des transactions.
Après des années de querelles, en 2017, Bitcoin s'est scindé en deux chaînes distinctes, et en 2018, il s'est à nouveau divisé.
Alors quelle est la différence entre ces versions ?
BTC est actuellement la version qui a le prix le plus élevé, avec la plus petite taille de bloc et la plus grande puissance de calcul. Malheureusement, il est régi par des développeurs de logiciels et des sybilles qui contrôlent le consensus grâce à une utilisation intelligente de logiciels malveillants appelés «soft-fork» qui leur permet de saper les règles du Bitcoin. Ils utilisent ce pouvoir pour changer les règles des transactions en mentant aux nœuds et en leur disant de les valider quand même. Toute la culture BTC consiste à acheter du BTC afin de le conserver jusqu'à un moment dans le futur où il sera vendu. Les paiements avec BTC ou les transactions de toute nature sont méprisés.
BCH est un réseau basé sur Bitcoin qui pense que les blocs devraient être à peine légèrement plus grands, mais ils ont également des développeurs en charge des règles, tout comme BTC, et ils pensent que Bitcoin devrait être catégorisé pour être utilisé uniquement pour le commerce de détail, mais rien de plus. Le réseau change de règles tous les six mois. Les transactions non commerciales sont en général méprisées.
BSV est la version restaurée du protocole Bitcoin original avec tous les paramètres ouverts afin que les nœuds honnêtes puissent s'engager dans un consensus conformément au livre blanc de Bitcoin - par preuve de travail ! Le protocole est gravé dans la pierre afin que les développeurs de logiciels ne puissent pas bricoler les règles. Cela permet aux entreprises de planifier des décennies d'utilisation du réseau et d'investir en toute confiance. En tant que seul réseau bitcoin totalement sans autorisation, le commerce de toute nature est encouragé sur BSV. Tout, allant des réseaux sociaux aux expériences de science des données météorologiques ou aux tests de disponibilité du réseau, est encouragé. Paiements de détail, tokenisation, ou tout autre type de contrat intelligent est simple à déployer sans limitations. Bitcoin SV n'a aucun limite sauf l'esprit humain et l'esprit d'entreprise.
Et c'est la racine de la haine envers BSV.
Les "petits-blocs" ont investi toute leur réputation et leurs moyens de subsistance sur la notion que le bitcoin est incapable de s'adapter. Pendant des années, des experts présumés ont convaincu de nombreuses personnes que les limites de taille de bloc de 2 Mo, 8 Mo ou 22 Mo casseraient littéralement Bitcoin. Ils ont furieusement mis en jeux leur réputation sur ces fausses notions. Et ensuite, BSV a eu de nombreux blocs de plus de 100 Mo. En fait, il y en a même eu quelques-uns de plus de 300 Mo! prouvant que les petits-blocs se trompent sur les limites du réseau. Mais cette prise de conscience est une menace pour l'hégémonie du récit de Bitcoin. Depuis 2015, lorsque le Dr Craig Wright est apparu sur les lieux pour expliquer que le bitcoin avait en réalité ZERO limitations, il a créé un tollé massif parmi l'intelligentsia des petits-blocs. Les leaders d'opinion de l'époque étaient payés pour prendre la parole lors de conférences où ils expliquaient à tort que Bitcoin n'était rien d'autre qu'une réserve de valeur rare sans autre utilité. Le Dr Wright parlait de l'échelle illimitée du réseau, de son exhaustivité de Turing et d'autres notions inconcevables (à l'époque) sur Bitcoin. Sa passion et ses connaissances se sont heurtées à des calomnies et des railleries. Ils se sont concentrés sur l'attaque de son personnage au lieu de discuter de Bitcoin!
C'est devenu l'une des principales méthodes d'attaque des petits-blocs. Lorsque de gros-blocs parlent des capacités de Bitcoin, ils sont ridiculisés en tant qu'escrocs et le sujet est toujours dirigé très loin de la discussion technique, car les petits-blocs savent bien qu'ils sortiraient perdants. Ils fouillent les dossiers personnels et cherchent des moyens de faire taire les gens du camp des grands-blocs de Bitcoin de la même manière que les guerriers de la justice sociale s'engagent dans la culture d'annulation contre leurs ennemis politiques.
Qui est le Dr Craig Wright et que fait-il?
Si vous ne le savez pas, Craig Wright est le scientifique en chef d'une société de recherche sur Bitcoin au Royaume-Uni appelée nChain : une société de 150 à 200 informaticiens. Craig dirige l'équipe qui étudie les possibilités de Bitcoin et de ses applications dans le monde. Il est l'un des experts en criminalité numérique les plus reconnus au monde avec les certifications SANS et GIAC ainsi que les titres GSE CISSP, CISA, CISM, CCE, GCFA, GLEG, GREM et GSPA. En outre, il est un polymathe multidisciplinaire de troisième cycle: un doctorat en informatique, économie et théologie et titulaire d'une maîtrise en statistique et en droit commercial international.
En 2015, il a également été exposé par une publication conjointe de WIRED et Gizmodo en tant que Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin. Quelques jours après cette révélation, les gens qui le soutenaient ont vu leurs clés d'accès au code révoquées, et de nombreux autres ont été instantanément bannis. Craig a été mis sous enquête par le bureau des impôts australien pour ce qu'il considérait être une erreur de comptabilisation probable de ses bitcoins. Les retombées ont été agressives et rapides, avec une gigantesque armée de petits-blocs, organisée sur Reddit et autres forums, et nouvellement financée par l'argent de la startup pro-petits-blocs appelée «Blockstream». Leur message était clair: Bitcoin doit garder de petits blocs. Le Bitcoin ne peut pas évoluer, et toute personne proche de Craig Wright sera harcelée pour se conformer à une armée de comptes Twitter anonymes et sans visage.
Au cours des années suivantes, Ira Kleiman, frère du défunt Dave Kleiman, a poursuivi Craig Wright pour sa part du prétendu «Partenariat Satoshi Nakamoto», affirmant que Dave était plus impliqué qu'il ne l'était réellement, et l'affaire est en cours actuellement, jusqu'à courant 2021. Ira Kleiman pense que Craig est Satoshi et a investi une fortune incalculable et a obtenu l'argent d'investisseurs extérieurs pour poursuivre sa poursuite. Il est clair que les bailleurs de fonds d'Ira pensent que Craig est également Satoshi.
Les critiques qualifient souvent la révélation publique et le procès public de Wright de ternir énormément sa réputation, mais il convient de noter que les deux sont arrivés à Wright et qu'il ne souhaitait clairement pas être pris dans l'une ou l'autre situation.
Au lieu de cela, Craig est un défenseur passionné de la vision d'un Bitcoin avec de gros blocs, appelant à la professionnalisation, à la légalisation et à l'utilisation mondiales de Bitcoin pour une utilisation à tous les niveaux du commerce. La réponse à la passion de Craig et à ses affirmations a été d'attaquer sa réputation et d'endosser Internet avec le surnom de «Faketoshi». Lorsque de simples brimades ont échoué contre le Dr Wright, des attaques ont été intensifiées pour remettre en question ses divers diplômes, des pétitions aux universités pour enquêter sur lui pour plagiat dans divers travaux, y compris des thèses de doctorat, etc. Wright a même revendiqué des menaces contre la vie des membres de sa famille et il y a plus qu'une petite preuve que, selon Ian Grigg, une des légendes de la cryptographie: «des gens sont morts pour Bitcoin, vraiment, des gens sont morts».
Les attaques en cours
Cela ne peut être assez souligné: la communauté des petits-blocs est construite autour de tactiques d'ingénierie sociale professionnelle. Gregory Maxwell, co-fondateur de la société Blockstream, a été formé à la pratique de l'ingénierie sociale et l'a utilisé de manière si subversive comme un outil de propagande pendant son mandat en tant que modérateur rémunéré de Wikipedia, qu'il a finalement été démis de ses fonctions avec les journaux d'administration citant une litanie d'infractions, notamment:
«Gmaxwell s'est engagé dans la création de faux comptes en masse…» - Alhutch 00:05, 23 janvier 2006 (UTC)
«Menaces, insultes grossières, usurpations d'identité d'un administrateur», -Husnock 03:18, 25 janvier 2006 (UTC)
«Son comportement est scandaleux. Franchement, il est hors de contrôle à ce stade. Son comportement d'intimidation doit cesser.» - FearÉIREANN 19:36, 22 janvier 2006 (UTC)
«Sa liste de contributions est hors de propos. C'est du vandalisme. C'est un comportement auquel je m'attendrais d'un éditeur en furie, ce que, franchement, Gmaxwell est.» - Splashtalk 20h00, 22 janvier 2006 (UTC)
«Prétend être un administrateur, menaçant de bloquer les personnes qui ne sont pas d'accord avec lui, fait régulièrement des attaques personnelles» - SlimVirgin (talk) 12h22, 22 janvier 2006 (UTC)
Il passe beaucoup de temps sur Reddit et d'autres forums à semer la peur sur les dangers des gros blocs, et il a été surpris en train de faire semblant d'être plusieurs comptes à la fois en train d'avoir de très longues discussions techniques sur Reddit destinées à submerger les nouveaux arrivants avec ce qui ressemble à un débat intellectuel.
Qui d'autre est attaqué?
L'autre cible commune de la machine de guerre anti-BSV est Calvin Ayre: le milliardaire à la tête de l'empire du groupe Ayre. Calvin est un entrepreneur canadien et antiguais qui a lancé un incubateur Internet à Vancouver au tout début du boom Internet. Fils d'un éleveur de porcs, Ayre est surtout connu en dehors de l'économie Bitcoin pour la création et la professionnalisation de l'industrie du jeu d'argent sur Internet. Plus particulièrement, sous la marque Bodog, Ayre a aidé à moderniser les lois financières américaines compliquées et obsolètes en poussant les limites dans les marchés gris qui existent où les dollars américains sont utilisés à travers les frontières pour s'engager dans un commerce juridiquement compliqué comme le jeu d'argent. Son travail dans ce domaine lui a valu une petite fortune et un passage sur une liste des «plus recherchés» pour blanchiment d'argent. C'est un point sur lequel les petits-blocs aiment se concentrer, mais ils le sortent complètement de son contexte. Calvin a finalement plaidé coupable à une accusation de délit, mais a été le fer de lance de la modernisation des lois et règlements américains qui existent aujourd'hui sur les marchés complètement ouverts et fonctionnels. Il est respecté pour son travail dans l'industrie du jeu, les médias et la philanthropie. Calvin est certainement le bienvenu aux États-Unis malgré la critique souvent citée et dépassée selon laquelle il est une sorte de hors-la-loi.
Calvin Ayre
Dans l'économie Bitcoin, Ayre est une figure de proue dans la gestion de nœuds Bitcoin honnêtes pendant plusieurs années sous les marques CoinGeek et TAAL, et il est un investisseur dans nChain ainsi que plusieurs startups dans l'espace BSV. Bien qu'il soit probablement le plus gros investisseur, il n'est pas le monolithe que les petits-blocs laisseraient croire aux critiques. Il est important de comprendre que des segments entiers de l'écosystème BSV existent complètement en dehors de son influence.
Twetch, par exemple, est une entreprise indépendante appartenant à l'écosystème BSV, célèbre pour ses attaques contre les médias sociaux centralisés. Ils sont même connus pour se moquer des entreprises qui acceptent l'argent d'Ayre, en plaisantant que Calvin possède tout sauf Twetch. Bien sûr, ce n'est pas vrai. Un autre excellent exemple est l'investisseur / entrepreneur indépendant Jack Liu : ancien dirigeant de Circle et OKEX. Liu possède la marque de hackathons CambrianSV ainsi que des propriétés précieuses dans l'espace BSV telles que RelayX, Streamanity, Output Capital, FloatSV et Dimely.
Les autres acteurs clés sont MatterPool Mining et leur écosystème Mattercloud: une joint-venture entre des acteurs indépendants de l'écosystème BSV, avec des connexions directes aux protocoles BoostPOW et 21e8 et des relations avec des développeurs BSV indépendants.
Bien sûr, il existe également des marques précieuses financées par Ayre. Il s'agit notamment de la propriété partielle via l'investissement dans HandCash, Centi, TonicPow et Unwriter's Planaria Corp.
Une autre mesure importante à prendre en compte est la distribution de la puissance de hachage. Alors qu'à un moment de l'histoire, les entreprises appartenant à Ayre représentent une quantité importante de hachage sur bitcoin, BSV est aujourd'hui en grande partie exploité par des mineurs concurrents de Binance, F2Pool, OKEX et ViaBTC - dont aucun n'est «ami» de BSV ou d'Ayre, mais beaucoup sont ennemis. Ces mineurs soulignent cependant la nature ouverte et sans permission de BSV pour permettre à quiconque de participer.
Ayre est un acteur important, mais en aucun cas un contrôleur de la direction de la blockchain ou des entreprises indépendantes dans l'économie BSV.
Mais pourquoi Craig poursuit-il tout le monde en justice ?
Tout d'abord, et c'est crucial, le procès le plus important de Craig est l'affaire Kleiman. Les autres cas existent uniquement à cause de la diffamation publique du Dr Wright. Le hashtag #CraigWrightIsAFraud circule largement, poussé en grande partie par un mélange de personnages anonymes sur Twitter. Plus particulièrement Magnus Granath AKA «Hodlonaut» a été averti qu'une accusation publique de fraude courait à son encontre. La carrière du Dr Wright est en informatique et en criminalistique numérique, donc le déclarer publiquement une fraude cause un préjudice financier au Dr Wright dans son domaine d'expertise commerciale. Puisque «Hodlnaut» a refusé de cesser, on lui a envoyer une requête pour être vu au tribunal. Cela a causé le célèbre podcasteur de petits-blocs Peter McCormack à mendier d'être poursuivi aussi - en augmentant la rhétorique diffamatoire contre le Dr Wright. À la demande de McCormack, il a lui aussi été attaqué en justice pour être vu au tribunal.
Cette ère de service a engendré la campagne #DelistBSV menée en grande partie par «CZ», le PDG charismatique de Binance Exchange. Divers autres échanges comme Shapeshift et Kraken ont publié des sondages publics demandant s'ils devaient emboîter le pas, et des petits-blocs bien organisés ont voté en masse pour retirer BSV de leurs échanges - citant la toxicité du Dr Wright pour avoir intenté des poursuites en diffamation contre Hodlonaut et McCormack. Finalement, BSV a été retiré de Binance, ShapeShift et Kraken. Il a également été noté publiquement par Coinbase et Gemini qu'ils ne soutiendraient pas du tout cette version de bitcoin à la suite du drame public.
Au fur et à mesure que les choses progressaient, le fondateur de Bitcoin.com, Roger Ver, a également réalisé une vidéo publique déclarant Wright comme arnaqueur. C'était après avoir travaillé sournoisement avec les développeurs Bitcoin ABC pour coder des points de contrôle dans le logiciel ABC de Bitcoin Cash, divisant de manière permanente le réseau Bitcoin pour la deuxième et dernière fois - un acte pour lequel Roger est également poursuivi par d'autres parties privées en Floride. Roger Ver a été averti que des problèmes juridiques similaires se présenteraient à sa porte pour avoir diffamé le Dr Wright, mais les critiques publiques ont persisté jusqu'à ce que Roger soit également entendu devant le tribunal et fournisse la preuve de la fraude de Wright, sous peine de sanctions pour diffamation publique. Son cas est en instance à Antigua-et-Barbuda, où il est récemment devenu citoyen.
Et ensuite il se passe quoi ?
Nous avons établi l'histoire du Bitcoin, de la guerre civile, des attaques publiques contre Wright, Ayre et BSV. Au moment d'écrire ces lignes, nous pouvons revenir sur les attaques contre Thomas Lee, Tim Draper et Jimmy Wales pour avoir eu une proximité avec BSV. Malgré la pression sociale, le rapport Fundstrat de Lee a rendu un examen élogieux du protocole fixe et de l'évolutivité infinie de BSV. Lee et son équipe étaient heureux de prendre la parole lors des événements précédents de CoinGeek, même après le tollé public.
Pour la conférence CoinGeek 2020 à New York, McCormack, Hodlonaut, « Arthur Van Pelt » et d'autres acteurs tels que le Dan Held de Kraken et une cacophonie de trolls anonymes sur Twitter ont mis à profit leur expérience de la culture d'annulation à la bolchevique pour faire pression sur les orateurs Gary Vaynerchuk , et d'autres orateurs prévus afin de les forcer à annuler leur participation à la conférence. Cette attaque sociale contre BSV, Dr. Wright, Ayre et les autres entreprises qui utilisent le réseau BSV pourrait être un cas gigantesque de fraude à la consommation. Ils trompent activement les gens en leur faisant croire que le protocole fixe et l'évolutivité infinie de Bitcoin SV sont en quelque sorte dangereux, alors qu'en fait, le protocole et le réseau sont imperméables à toutes les attaques, à l'exception de leur ingénierie sociale.
Bitcoin SV s'est développé professionnellement avec un portefeuille de brevets de classe mondiale. Il est utilisé par des entreprises indépendantes pour réaliser des profits et il est exploité sur le marché libre par un groupe décentralisé de nœuds honnêtes qui se font concurrence. Le réseau est fixe, sécurisé et en croissance grâce aux investissements de petites entreprises et de gestionnaires de capitaux mondiaux. Les mensonges au contraire sont basés sur une campagne massive de dénigrement perpétrée par les communautés d'autres cryptomonnaie qui craignent l'adoption mondiale de BSV comme outil de commerce et ce que cela signifiera pour eux. L'histoire ne sera pas gentille avec ces manipulateurs et leurs réseaux qui sont financés par les fraudes probables des échanges de crypto-monnaies off-shore, le (très probablement) frauduleux Tether Stablecoin, et l'économie de "pump-and-dump" qui sous-tend 95% du volume de négociation de l'ensemble de l'économie cryptomonnaie actuelle.
C'est une guerre civile. Il y aura toujours des victimes, mais alors que BTC et BCH se concentrent sur les ragots et les affaires illicites, BSV veut que le monde entier soit plus libre, plus souverain et plus capable de coopérer sur le registre mondial de la vérité afin que les entrepreneurs du monde puissent s'engager dans les grandes entreprises ou de simples nano-services sont rendus possibles uniquement par Bitcoin. Bitcoin est un test d'intelligence. Au fil du temps, les personnes intelligentes pourront voir à travers le brouillard de distorsion de la réalité créé pour confondre les innocents et reconnaître cela pour ce que c'est, une attaque coordonnée pour tenter de supprimer une technologie supérieure qui les rendrait obsolètes.

Des exemples d'applications Bitcoin que vous pouvez essayer dès aujourd'hui gratuitement ?
Si vous vous sentez prêt à faire le premier pas dans le futur vous êtes libres de tester les meilleurs applications du Metanet sur https://metastore.app/apps?sort=money
Le site le plus populaire du Metanet à ce jour est bit.ly/twetchapp, une version de twitter incensurable sur la blockchain, allez jeter un oeil !

_______________________
sources: traduit et inspiré de https://coingeek.com/the-war-on-bitcoin/
image : https://imgur.com/1Yb0Yle
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

L'AUBE DE LA TECHNOLOGIE

Chaque technologie prend du temps pour être adoptée. Tout comme Internet, seules quelques personnes en avaient entendu parler dans les années 1990, mais aujourd'hui, il a pris le relais et continue de croître dans tous les domaines. Grâce à Internet, nous avons connu de profonds changements dans le monde au cours des dernières décennies. Internet a apporté une évolution dans l’information en ligne, le divertissement, les transports et les réseaux sociaux. Blockchain est encore une technologie très jeune et, tout comme un bébé, elle traverse des étapes de développement. Nous verrons encore un peu de baisse et de hausse alors que nous essayons de nous stabiliser sur le marché. Alors que la blockchain est une application de source ouverte en phase de croissance, de nombreux gardiens tentent de l’améliorer tous les jours. À la fin, de plus en plus de développeurs l’amélioreront et le rendront plus robuste. La technologie blockchain est la clé pour réduire la pauvreté, améliorer les soins de santé et lutter contre la corruption.

Avec la technologie blockchain, nous verrons le monde passer d'un système social centralisé à un système social décentralisé. Les gens seront en mesure de traiter avec leurs paires sans intermédiaires qui n'apportent aucune valeur au système actuel. Nous aurons un système sur lequel nous n'aurons plus besoin de faire confiance à une personne ou à une institution pour effectuer les transactions. De plus, étant donné que le système annonce publiquement chaque transaction, il est impossible pour les personnes de mentir ou de tromper le système. Blockchain a des règles basées sur le calcul mathématique et l'algorithme de consensus. Le système est immuable et les règles ne peuvent pas être modifiées. Nous avons vu des gens essayer de réglementer le système, mais ils doivent comprendre qu’ils ne le peuvent pas. La Blockchain est sans frontière et mondiale, sa réglementation hors d’un pays ne signifie pas qu’elle ne sera pas utilisée.
L'adoption d'une nouvelle idée ne se produit pas instantanément dans un système social. Rogers (1962) a expliqué que les gens adoptent les innovations différemment dans cinq catégories d'adoptants établis.
· Innovateurs - les personnes qui veulent être les premières à essayer l’innovation. Ils voient des opportunités dans une nouvelle idée. Ils sont prêts à prendre des risques.
· Adopteurs précoces - ils représentent des dirigeants d'opinion. Ils apprécient les rôles de direction, accueillent et acceptent les changements et les opportunités.
· Majorité précoce - ces personnes sont rarement des dirigeants, mais elles adoptent de nouvelles idées avant la personne moyenne. Ils ont besoin de preuves avant de s'aventurer dans la nouvelle idée ou l'innovation
· Majorité tardive - ces personnes sont sceptiques quant au changement. Ils ne peuvent adopter une innovation qu'après l'avoir essayée par la majorité
· Les retardataires - ces gens sont traditionalistes et très conservateurs. Ils sont sceptiques face au changement et il leur faudra beaucoup de travail pour changer d'avis et adopter l'innovation.
L'adoption de la technologie blockchain suivra également cette théorie. Cela prendra du temps et par étapes. Nous avons déjà dépassé les premières étapes de l’adoption où les innovateurs, les premiers adoptants et la majorité précoce, ont déjà repris l’idée. Les autres sont la majorité tardive (personne moyenne) et les retardataires, mais au moins nous nous y rendons. Nous avons déjà quitté la première crypto-monnaie Bitcoin. Maintenant, nous avons des alt-coins qui supportent des idées brillantes et étonnantes. La technologie continuera à s’améliorer car elle est open source. Cela donne à chaque développeur qui a une idée l’occasion de l’améliorer. Dans le domaine des soins de santé, j'ai vu tellement de crypto-monnaies émerger dans le but de résoudre différents problèmes. Ubricoin est une devise visant à améliorer la santé mondiale. En achetant Ubricoin, vous participez à l'amélioration de la santé des pauvres et à la sauvegarde de la vie des femmes décédées pendant l'accouchement. Vous avez la chance de changer l'avenir de la santé de tous. Les générations futures n'ont pas besoin de vivre ce que nous vivons aujourd'hui en matière de santé. Ubricoin soutient différents projets Ubrica qui ont nécessité plus de 20 ans de recherche exhaustive et approfondie et d'études de cas. Le travail d'esprits brillants qui ont à cœur leur pays et leur peuple a commencé un processus visant à mettre un terme aux problèmes grandissants du système de santé au Kenya. Avec l’émergence de la technologie blockchain, le rêve des visionnaires est maintenant vivant. La vision d'Ubricoin, construite sur la technologie de la blockchain, met en lumière non seulement la santé universelle, mais également la santé mondiale. La technologie Blockchain connecte non seulement des personnes du monde entier, mais donne également à la population locale la possibilité de participer à la réalisation du projet de santé mondiale, un rôle exclusivement réservé aux organisations internationales. Désormais, les organisations peuvent prendre des décisions en se basant sur des données réelles provenant des communautés des villages et non sur de petites quantités de données spéculées par des personnes qui ne font même pas partie des communautés.
Références Rogers, E.M. (1962). Diffusion d'innovations. New York, NY: Presse gratuite.
submitted by Ubricoin to u/Ubricoin [link] [comments]

prv

De nombreux cas de piratages liés au Bitcoin sont relayés par la les medias. Il faut toutefois comprendre que dans l’intégralité de ces cas, ce n’est pas la cryptodevise qui en cause, mais un acteur du réseau. L’attaque la plus fréquente est le vol sur les plateformes d’échange. Il s’agit simplement de pirates informatiques qui parviennent à déjouer la sécurité des sites d’échange de cryptomonnaies afin d’en vider le contenu. Nous avons vu précedemment que lorsque vous achetez des cryptos sur une plateforme, celle-ci les stocke sur son propre wallet qui doit en théorie être sécurisé. Certains sites ne sont pas dignes de confiance et laissent des failles permettant à des individus malintentionnés d’y avoir accès. Plusieurs grandes plateformes ont déjà du fermer suite à ce type d’incidents. C’est pourquoi il est recommandé de stocker ses cryptomonnaies soit même sur des wallets hors ligne. Si certains utilisateurs ne sont pas assez vigilants et stockent leurs clefs privées sur leurs ordinateurs, des pirates peuvent également s’y introduire et les dépouiller de leurs fonds. Il se peut aussi que l’éditeur d’un wallet electronique soit corrompu ou incompétent, et puisse ainsi mettre en Encore une fois, ce sont les sites ou les utilisateurs en questions qui présentent des failles, pas la cryptomonnaie en elle-même. Si une cryptomonnaie comme le Bitcoin devait être piratée, ce serait par des types d’attaques bien connues des informaticiens. L’attaque des 51% : un pirate disposant d’une puissance de calcul phénoménale pourrait en théorie dépenser deux fois un bitcoin ou mettre en péril le réseau. Cela pourrait être possible par un regroupement trop important de mineurs. Satoshi Nakamoto avait prévu cette éventualité sans lui donner trop d’importance car une telle concentration de puissance semble improbable. Toutefois, l’apparition des Pools (regroupements) de mineurs a conduit à des situations où les plus gros détiennent plus de 30% de la puissance disponible du réseau. Si ceux-ci se mettent d’accord, ils pourraient effectuer une attaque irréversible et catastrophique pour le réseau. Ce qui n’est pas dans leur intérêt car la valeur du Bitcoin s’effondrerait et réduirait à néant leur capital. De plus une telle attaque coûterait aujourd’hui des centaines de millions de Dollars en électricité. Cela n’aurait donc pas beaucoup de sens. Le constat est le même pour un attaquant qui souhaiterait surcharger le réseau en envoyant un très grand nombre de transactions. Les tentatives ayant eu lieu ont pu parfois ralentir le réseau à cause d’un grand nombre de transactions en attentes. Certains transferts ont pu prendre plus de 15h à être validées contre les 20 minutes théoriques.
submitted by sugoke to u/sugoke [link] [comments]

Prv

1/ La notion de Hash Pour comprendre comment fonctionne la blockchain, il est absolument nécessaire de comprendre la notion de Hash.
Le hash est un algorithme qui accepte n'importe quelle donnée en entrée (que ce soit un fichier, une photo, une chanson, un film, ou chaine de caractères) et qui va en faire une chaîne de caractères respectant un format déterminé à la sortie. Cette chaine de caractère sera toujours absolument identique si vous refaite tourner l'opération avec la même donnée à l'entrée, même sur une machine différente. C'est en quelque sorte une signature numérique de la donnée soumise. On parle de cryptage à sens unique car il est impossible de retrouver la donnée de départ à partir du hash. Le hash du mot bitcoin est par exemple: 6B88C087247AA2F07EE1C5956B8E1A9F4C7F892A70E324F1BB3D161E05CA107B Il est impossible de retrouver le mot bitcoin à partir de ce hash. Je peux par contre générer le hash su lot bitcoin sur un autre ordinateur et j'obtiendrai exactement le même résultat. Le moindre changement générera un hash totalement different. Le hash de Bitcoin (avec une majuscule) est par exemple: B4056DF6691F8DC72E56302DDAD345D65FEAD3EAD9299609A826E2344EB63AA4 Vous comprenez donc l'utilité que cela peut avoir dans le cadre de l'authentification de documents. Écrivez une lettre, générez son hash, et le destinataire pourra en faire autant pour vérifier que personne n'en a modifié le contenu en chemin. Cela aurait été bien pratique pour nos généraux byzantins. Comment imaginer une formule a sens unique? On se dit instinctivement qu'on devrait pouvoir retrouver la donnée entrée à partir de son hash. Utilisons une autre analogie, en utilisant une boulle de billard : Disons que la donné en entrée est : (Point de départ ; force de la frappe ; l’angle du tir). Le hash serait donc la position d’arrivée. En connaissant ces 3 élements, vous pouvez en déduire la position d’arrivée. Mais l’inverse n’est pas possible. En observant la position d’arrivée de la boule, vous ne savez pas d’où elle vient, ni l’angle et la force utilisée pour la déplacer. Pour simplifier, considérons le hash comme une boite magique qui transforme n’importe quelle donnée en un code avec un format précis. Si vous connaissez ce code, vous pouvez prouver que vous êtes le propriétaire de la donnée d’origine sans avoir à la réveler. Cela peut donc servir pour certifier des documents ou fichiers. Prenons par exemple le cas d’un musicien qui veut prouver qu’il est bien l’auteur d’une œuvre. Il lui suffit de générer le hash du fichier mp3 de sa chanson, et de la stocker dans une blockchain qui certifiera la date d’enregistrement. Si 10 ans plus tard, un juge génère le hash du fichier mp3, il obtiendra le même hash qu’il pourra vérifier dans la blockchain. Il pourra ainsi certifier que le morceau existait à une date précise et qu’il a été enregistré par son auteur. C’est sur cet outil très utilisé en cryptographie que reposent les cryptodevises dans lesquels il est utilisé de plusieurs façons.
2/Le problème des généraux byzantins Le but d’une crypto devise est de pouvoir enregistrer les différents transferts de valeur entre participants (et donc de tenir les balances) sans avoir à faire confiance à un tiers (« trustless »). Aujourd’hui vous devez faire confiance à votre banque pour effectuer ce travail. Dans la plupart des cas cela fonctionne bien, mais tout le monde n’a pas accès à ce type de service, et il subsiste toujours certains risques de défaut d’un établissement ou d’un Etat.
Imaginez un voyage entre amis, ou vous décidez de faire les comptes à votre retour. Imaginons qu'une personne du groupe soit désignée comme comptable. Vous devez avoir une totale confiance dans son intégrité afin d'accepter le calcul final du montant que vous allez devoir payer a vos amis. Ce qui peut se concevoir dans un groupe d'ami est plus difficile a imaginer avec des inconnus, a plus forte raison lorsque vous vous trouvez a distance. La solution retenue est donc que chacun tienne a jour son propre registre, et que ceux-ci soient comparés les uns aux autres. Dans ce cas, comment réconcilier d'éventuelles différences (intentionnelles ou pas)? Ce problème de consensus est bien connu depuis des années sous l'appellation de problème des généraux byzantins dont voici une simplification. Une cité ennemie est encerclée par deux groupes de généraux byzantins devant se mettre d'accord sur le fait d'attaquer. Si les deux groupes attaquent ensemble, c'est la victoire. Dans le cas contraire, les attaquants trop faibles seront éliminés par l'armée de la cité encerclée. Le problème étant que les généraux ne peuvent communiquer que par messagers interposés et que parmi eux se trouvent des traîtres. Ceux-ci doivent traverser la cité avec tous les risques que cela implique. Il peut par exemple se faire corrompre dans le but de modifier le message dont il était responsable. Nous avons donc ici un problème de consensus, le message ne peut pas être considéré comme fiable. Si le messager est corrompu, ou est tué et remplacé par un autre, les généraux pourraient recevoir de fausses informations qui les conduiraient à leur perte. Il y a donc un parallèle à faire avec les monnaies digitales et décentralisées : il nous faut trouver un moyen d’éviter que certains transferts soient transformé à l’avantage de certains participants. Les généraux auraient pu pour cela se reposer sur le principe de la Blockchain de la façon suivante: Si le premier général veut envoyer le message suivant: « attaque à minuit » et s’assurer que celui-ci ne soit pas tranformé en chemin par le message il pourrait procéder de la façon suivante.
Il peut ajouter un suffixe à son message, que nous appellerons le « nonce ». Ce suffixe doit être celui qui une fois ajouté au message, permet de générer un un Hash commençant avec un certain nombre de zéros. Prenons 5 pour l’exemple.
Attaque à minuit-xxxxxxxxxxxxxx HASH 00000fdf55ddslfiopjf54fof5sd5s6h115…
Il est donc très compliqué à trouver car il faut pour cela calculer des millions de combinaisons jusqu’à arriver au résultat souhaité. C’est ce qu’on appelle la preuve de travail (« Proof of work »). Attaque demain matin-xxxxxxxxxxxxxx
Le général recevant le message (avec le « nonce » accolé), n’aura qu’à effectuer un hash de celui-ci. Si le résultat ne commence pas par 5 zéros, cela signifie que le message a été altéré en chemin. => Hash: 00fd5gdf55dfg64qsgpoieziejnzguy… HASH 00000fdf55ddslfiopjf54fof5sd5s6h115… Il se peut que le traitre soit lui même équipé d’un super-ordinateur et recalcule un nonce tel que le hash du message altéré commence aussi par 5 zéros. Il faut donc résoudre ce problème en ajoutant de la puissance de calcul. Les généraux vont alors voter pour le jour de l’attaque, et grouper leurs voix dans un bloc de chaque côté de la cité. Il vont ensuite mettre en commun toute leur puissance de calcul est complexifier le problème. il faut maintenant que le Hash commence par 15 zéros. Il mettrons un certain temps à le trouver, mais une fois fait, il sera impossible pour le messager d’en faire autant. Il ne peut pas rivaliser avec la puissance de calculs des deux groupes de l’armée. Si le message, une fois arrivé de l’autre côté de la cité, peut-être haché de façon à commencer par 15 zéros, les généraux auront la certitude que le message ne l’aura pas modifié en chemin. Il s’agit évidemment d’un exemple très théorique, l’armée Byzantine n’ayant pas à sa disposition des super calculateurs. Mais il a le mérite d’exposer un problème classique en informatique. C’est ce principe qui est mis en œuvre dans le protocole de plusieurs cryptomonnaies dont le Bitcoin.
Des transactions en attente dont sont regroupées dans un bloc. Des ordinateurs connectés au réseau le récupèrent et travaillent à trouver le nonce qui permet de générer le hash commençant par un certain nombre de 0. Ce calcul intègre le Hash du dernier bloc ajouté à la chaine, afin de prouver le fait que les blocs se suivent. Une fois fait, le bloc est ajouté à la chaîne et le réseau passe au suivant. Si un intervenant souhaite tricher, il faut qu’il calcule le nonce plus rapidement que l’ensemble du réseau, ce qui est extrêmement difficile. Il est encore plus compliqué de tricher sur une ancienne transaction car cela necessiterait de recalculer tous les nonces des blocs suivants. Donc plus une transaction est ancienne, plus elle est inviolable. Si plus de 50% de la puissance de calcul du réseau était mise en commun pour soumettre un faux bloc, cela serait théoriquement possible. C’est pourquoi de nombreuses critiques citent le fait que les mineurs se regroupent par Pool, ou encore que 80% du minage est fait en Chine. Toutefois ce type d’attaque semble très peu probable, d’autant que la difficulté du problème mathématique progresse avec le temps. Il faut reconnaître que le protocole a été bien pensé car rares sont les programmes informatiques résistant aux attaques de pirates pendant une dizaine d’années.
3/ Génération des clefs Voici comment se passe la génération des clefs de façon plus technique. Tout commence par la génération de la clef privée. Il s’agit d’une suite de 256 chiffres binaires. Nous pourrions en générer une en lançant une pièce de monnaie 256 fois et en notant à chaque fois le résultat. (0 pour pile et 1 pour face par exemple). Cette clef est ensuite mise en équation appelle Hash. Le résultat est alors une suite binaire de 160 nombres binaires. (ex: 01101010100010001110010100101010….) Le nombre de possibilités de clefs publiques est donc de 2160. Vous vous demandez certainement ce qui se passerait si nous tombions accidentellement sur une clef existante? Et bien rassurez vous c'est extrêmement peu probable. Le nombre de possibilité est d'un ordre difficile a saisir. Il y a plus d'adresses possibles que de molécules d'eau sur Terre (5 x 1046 d’après le CNRS). Bonne chance pour tomber deux fois sur la même. Certaines probabilités sont tellement infimes qu'il est impossible de tomber sur un tel événement. Saviez-vous que si vous mélangiez correctement un paquet de 52 cartes, l'ordre que vous aurez crée aura été unique dans l'histoire de l'humanité? Il faudrait des millions de planètes avec des milliards d'individus qui mélangent des paquets 1000 fois par secondes pendant des millions d'années pour obtenir deux fois le même ordre. Difficile a concevoir mais c'est pourtant le cas. Cette chaîne de caractères aléatoire est ensuite transformée par un hash (vu précedemment) permettant de générer une clef publique. Nous avons donc en notre possession une clef publique sur laquelle d'autres personnes peuvent envoyer un certain montant de Bitcoin, et une clef privée qui nous permettra par la suite à les dépenser. Pour utiliser une analogie, la clef publique est votre code IBAN, et la clef privée votre code de carte bancaire.
Nous disposons maintenant de deux clefs, l'une privée, l'autre publique.
submitted by sugoke to u/sugoke [link] [comments]

Le top 5 des choses à savoir pour comprendre le bitcoin ... Tout comprendre au bitcoin en 3 minutes comprendre-le-bitcoin-et-la-blockchain - YouTube Comprendre le fonctionnement du Bitcoin - YouTube Le Bitcoin pour les nuls [Bitcoin] - YouTube

Le Bitcoin est actuellement confronté à une révélation choquante qui pourrait potentiellement menacer l’existence même de la crypto-monnaie mondiale. En effet, une analyse de la blockchain Bitcoin, le livre des transactions accessible au public sur lequel le système entier est construit, a révélé que cette énorme quantité de données est irrévocablement contaminée par des liens Division du bitcoin. Pour bien comprendre ce point nous allons comparer le bitcoin avec une monnaie traditionnelle. L'euro est divisible en centième. Cela veut dire qu'il est possible de payer ou de posséder par exemple 10,67 € ou 566,12 €. Par contre on ne peut pas utiliser 12,897 d'euros ou 567,788865. La meilleure surveillance HYIP-ZANOZA vous permettra de vérifier des HYIPs réels par l’hébergement , analyser des HYIPs , des HYIPs Bitcoin , ainsi que de vous informer sur tous les inconvénients des HYIPs et comment notre service est utilisé par des blogueurs HYIP . Les meilleurs logiciels pour miner des bitcoin facilement Matériel nécessaire pour créer un rig et miner des crypto-monnaies – Partie 1 Assemblage, configuration et démarrage du rig de minage – Partie 2 Les meilleurs logiciels pour miner des bitcoin facilement Matériel nécessaire pour créer un rig et miner des crypto-monnaies – Partie 1 Assemblage, configuration et démarrage du rig de minage – Partie 2

[index] [31104] [26281] [17723] [27169] [16899] [17997] [25231] [7077] [34109] [29863]

Le top 5 des choses à savoir pour comprendre le bitcoin ...

Des réponses à six questions sur le Bitcoin qui vont vous permettre de mieux le comprendre et ainsi commencer à faire des transactions en Bitcoin Dessine-moi l'éco : le bitcoin est-il une monnaie comme les autres ? - Duration: 3:17. Dessine-moi l'éco 125,266 views Enjoy the videos and music you love, upload original content, and share it all with friends, family, and the world on YouTube. Comprendre le Bitcoin Vous pouvez me tiper directement en bitcoin à cette adresse: 1FboUA5ZvzTXyUGEugSFct1bixjEsZjGmx Ou sur tipeee en suivant ce lien : https://www.tipeee.com/le-...

#